Routine pédagogique

John C. Maxwell : "Tu ne changeras jamais ta vie sans changer quotidiennement ; le secret du succès se trouve dans la routine de chaque jour"

La question de la routine revient très souvent dans les discussions liées à l'enseignement et comment organiser une séquence ou une séance. Entre structuration et monotonie, la routine est à double tranchant. Elle peut permettre de donner un cadre et de faciliter l'apprentissage mais peut tout autant créer des frustrations et de la lassitude au quotidien.

En adaptant les recherches sur la routine en école de musique de Guillaume Dallara qui est trompettiste et enseignant au conservatoire de Saint-Tropez, nous pouvons analyser les différents types de routine et celle que nous pouvons définir comme négative ou positive pour l'enseignement.

L'important n'est évidemment pas de faire comme ceci ou comme cela mais de trouver un bon équilibre entre la routine quotidienne et l'installation d'initiatives nouvelles qui peuvent dynamiser une séance ou une séquence.

Définitions de la routine par le dictionnaire Larousse :

  • Habitude mécanique, irréfléchie, et qui résulte d'une succession d'actions répétées sans cesse : Travail qui devient une routine.

  • Ensemble de ces actions, de ces gestes faits mécaniquement : La routine quotidienne.

  • Ensemble bien établi d'habitudes qui crée un état d'apathie, une absence d'innovation : Administration qui succombe sous la routine.

Différents types de routine :

Routine dans la nature : Un animal doit manger pour survivre

Routine dans les rites ou rituels : Prière d'une personne pratiquante

Routine dans les situations extrêmes : Étapes de prise en charge d'une personne venant d'avoir un accident

Routine chez les scientifiques : Procédures routinières de test et vérification des résultats de façon répétée

Routine dans la famille : Repas en famille tous les soirs, heure du coucher pour les jeunes enfants

Routine dans l'enseignement : Séquence ou séance ayant toujours la même structure pour donner un cadre aux apprenants

Routines "négatives" :

Routine métier :

L'utilisation constante du manuel sans apport supplémentaire. Être maître du savoir et ne pas donner la possibilité aux élèves d'échanger, d'analyser les contenus proposés et d'augmenter leur autonomie.

Routine de l'apprentissage :

Suivre un schéma identique qui peut être redondant : notion théorique, exercice, évaluation, correction et recommencer avec la notion suivante. Ne pas mettre en pratique la théorie. Manque de sens dans l'apprentissage, ne pas faire de lien ni de transversalité et étudier les notions les unes à la suite des autres. C'est comme si au tennis nous apprenions le coup droit et le revers séparément sans montrer l'importance d'utiliser tour à tour ces deux coups en fonction de la situation et permettre aux apprenants d'analyser et d'identifier quelle situation est optimale pour l'un ou pour l'autre.

Routine institutionnelle :

La contrainte de l'emploi du temps, la durée d'un cours qui peut parfois gêner la conception d'activité plus longue. Le fait que le programme à respecter n'offre pas toujours la possibilité de proposer des mises en situation sortant du cadre habituel.

Routines "positives" :

Routine dite d'urgence :

Préparation de mode opératoires si l'élève rencontre une problématique, se poser des questions, quel est le problème, pourquoi est-il apparu, quand l'ai-je rencontré, comment le régler

Routine animale transposée :

Cadre structurant permettre de savoir dans les grandes lignes comment va se dérouler la séance

Routine rituel :

Instaurer des moments routiniers par exemple en début de séance rappel des notions précédentes afin de réactiver la connaissance ou à la fin d'une séance faire une synthèse des notions abordées avec les élèves

Routine diversifiée :

Prévoir des moments diversifiés durant une même séance, commencer par regarder une vidéo, faire une carte mentale, une activité de groupe, une synthèse en autonomie, créer des cartes mémoires sur les notions...

Routine du projet :

L'enseignant devient animateur et accompagne les élèves dans la réalisation d'une mise en situation qui peut être individuelle ou collective avec un objectif défini au préalable

Routine scientifique adaptée à l'enseignement :

La répétition permet de maîtriser un mode opératoire, une méthode, un concept, une notion, une langue...

Routine institutionnelle :

L'évolution des référentiels, le projet d'établissement, les redoublements, la possibilité de préparer un diplôme en 1, 2 ou 3 ans sont autant de possibilités pour adapter les enseignements apportés aux élèves.

Routine de la routine :

Cela peut s'effectuer à plusieurs niveaux, tout d'abord, il serait envisageable de créer et conceptualiser différemment les progressions annuelles, séquences et séances. Il est possible ensuite de créer de nouvelles routines de travail et permettre aux élèves d'être plus autonomes en leur proposant des documents ressources, des supports et donner les consignes par voie numérique par exemple. Enfin, la routine pourrait être individualisée en fonction de chaque élève, de ses forces, de ses axes d'amélioration, de ses besoins particuliers du fonctionnement de sa mémoire, de ses intelligences multiples...

Comme nous avons pu le constater, la routine est vaste et offre de nombreux avantages si elle est manœuvrée efficacement. Chaque professeur doit trouver celle(s) qui lui correspond, qui correspond à la matière enseignée et qui correspond à ses apprenants en fonction de leurs âges, du niveau d'étude ainsi que de leurs besoins individuels et collectifs.

Pour en savoir plus sur la routine, cliquer ici