Intelligence émotionnelle et soft skills

Emmanuel Kant : "On mesure l'intelligence d'un individu à la quantité d'incertitudes qu'il est capable de supporter"

Un peu d'histoire

John D. Mayer et Peter Salovey (universitaires américains) définissent en 1990 l'intelligence émotionnelle et ses apports dans les relations humaines.

Elle peut s'apparenter à la capacité à identifier et comprendre les émotions qui nous habitent.

Goleman (psychologue américain) propose le schéma ci-dessus comme outil de lecture de l'intelligence émotionnelle adapté à la vie en entreprise.

Conscience de soi

Connaître ses propres émotions, savoir comment nous fonctionnons, ce qui nous fait réagir de façon positive et négative.

Maîtrise de soi

Après avoir identifié ses émotions, savoir les maîtriser, les tempérer en fonction des situations (ne pas réagir à chaud par exemple).

Motivation

Utiliser ses émotions pour se motiver (la méthode Coué en est un bon exemple, en utilisant le principe d'autosuggestion).

Empathie

Analyser les émotions des autres, savoir se mettre à leur place et les accompagner au mieux.

Aptitudes sociales

Somme des comportements utilisés en société, on peut parler des normes sociales, de la capacité de l'individu à évoluer dans un environnement, d'échanger de façon verbale et non verbale avec les autres.

Plus d'infos sur l'intelligence émotionnelle ? cliquer ici

D'autres soft skills (compétences douces) peuvent être utiles aujourd'hui aux apprenants, aux professeurs, dans le monde professionnel et dans la vie de tous les jours.